Présentation du JDNM

Le journal du nouveau monde est une vague d’articles qui se brise sur des thématiques dédiés à l’archéologie et ses découvertes intrigantes, mais aussi à la biodiversité animalière et ses capacités étonnantes qui lui ont permis de conquérir tout une planète. Le JDNM s’intéresse également au progrès scientifique que nous réserve le XXIe siècle et son impact dans la société, il reste soucieux voir pessimiste face aux questions environnementales qui se dressent devant lui.

Ce panel de thèmes a pour objectif d’éveiller votre curiosité sur le monde qui nous entoure, loin du battage médiatique politique ou des « subtilités » de la presse people. Le journal du nouveau monde représente l’instant présent et le futur proche, il garde un pied dans notre passé car il ne cesse de s’interroger sur celui-ci. Il vous propose un ensemble et suscite l’idée que désormais la fiction s’applique au réel. 

Le JDNM se positionne en faveur des nouvelles découvertes qui font avancer l’histoire, au mépris du contenu chimérique que recèlent les livres éducatifs. Il se pose une flopée de questions dont-il sait pertinemment qu’on ne pourra certainement jamais y répondre. Mais tant pis, le journal du nouveau monde est un carnet d’exploration qui ne cessera de grossir; son credo ? Découvrir.

Baptiste Rouch
Twitter: @Bapouch

Catégories : Présentation | Poster un commentaire

Liste élémentaire de mes articles pour Nam Viet Voyage

nam-viet-voyages-cerf-volant

Petite sélection de mes articles voyage écrits pour Nam Viet Voyage lors de mon stage à Saigon, au Viêt Nam.

◘ UNESCO : Nos 12 sites préférés en Indochine
◘ Du prince à l’ermite : la véritable histoire de Bouddha
◘ Le massage au Vietnam, une pratique traditionnelle
Cholon, le Chinatown de Saigon
Banh Xeo: la crêpe vietnamienne
Éléphant d’Asie, le géant du continent
Danang, l’étincelante ville portuaire
Banh Canh, la soupe de toutes les régions
Histoire : L’Annam, des Chinois aux Français
Le petit guide du street-food au Vietnam

Catégories : Non classé | Poster un commentaire

Site en construction !

Le JDNM va bientôt devenir un vrai site, stay tuned ! 

Catégories : Non classé | Poster un commentaire

Liste élémentaire de mes articles pour Gentside Découverte – Maxisciences

Capture d’écran 2014-05-29 à 15.32.29

« Gentside Découverte est un magazine mis à jour quotidiennement par les journalistes de Maxisciences. Avec Gentside Découverte, découvrez chaque jour des histoires fascinantes sur notre planète, des nouvelles avancées dans le domaine des sciences, de la santé ainsi que les dernières découvertes terrestres et spatiales. En complément de nos news, découvrez également notre sélection de vidéos et de galeries photos sur le thème des sciences et de la nature pour apprendre, comprendre, découvrir. Gentside Découverte, un magazine qui vous parle de sciences, autrement et simplement« 


Voici une liste non exhaustive de différents sujets que j’ai traité pour Gentside Découverte, vous trouverez ci-dessous une sélection des articles qui m’ont paru les plus pertinents et intéressants (du plus récent au plus ancien) :

ARCHÉOLOGIE/PALÉONTOLOGIE:
◘ Ces petits dinosaures avaient-ils un baby-sitter ?
◘ Un mammouth incroyablement bien conservé découvert dans le sol d’une ferme au Texas
◘ Deux anciennes cités mayas découvertes en pleine jungle au Mexique
◘ Des tombes remplies de trésors découvertes au Soudan
◘ Un incroyable mausolée vieux de 2.100 ans découvert en Chine
◘ Géoglyphe : de nouvelles lignes de Nazca découvertes au Pérou
◘ Une impressionnante « griffe » de dinosaure découverte à Angeac-Charente
Une fascinante peinture dévoilée dans un tombeau près de la pyramide de Gizeh
Deux mammouths laineux dévoilent les secrets de leur mort
◘ Des milliers d’empreintes d’hadrosaures découvertes en Alaska
Une exceptionnelle tombe romaine découverte en Angleterre par des étudiants
◘ Le mystère de l’armée perse disparue il y a 2500 ans enfin résolu ?
◘ Une exceptionnelle tombe gauloise mise au jour dans les Ardennes
Une sépulture remplie de vestiges vieux de 4 000 ans découverte en Géorgie
Un mystérieux portrait découvert sous un tableau de Picasso
 Le crâne d’un mastodonte découvert lors d’un enterrement de vie de garçon
◘ Un refuge mésolithique vieux de 10.000 ans découvert en Angleterre
◘ Les restes d’une terrible épidémie de peste découverts en Egypte
◘ Une ancienne maison communale maya découverte au Guatemala
 
La restauration d’un tableau révèle une énorme créature marine
◘ 
Un sanctuaire monumental datant du IIe siècle mis au jour dans l’Oise 
◘ Des peintures invisibles découvertes dans le temple d’Angkor Vat au Cambodge
◘ Une momie vieille de 7 000 ans découverte par des écoliers au Chili
◘ L’étonnant secret d’une momie égyptienne percé grâce à un scanner
◘ Naia : un squelette vieux de 13 000 ans perce le mystère de l’origine des Amérindiens
◘ D’étranges spermatozoïdes vieux de 17 millions d’années découverts en Australie
◘ Le mystère d’un étrange sarcophage égyptien percé 40 ans après
◘ Grotte Chauvet : des caméras dévoilent des images inédites de l’incroyable grotte

PLANÈTE/ENVIRONNEMENT:
◘ Ces arbres extraordinaires qui battent des records
◘ La cuscute, une « plante vampire » qui communique avec sa victime
◘ Le ver Bobbit, un redoutable prédateur marin qui va vous faire frissonner
◘ Quand les mantes religieuses s’attaquent à des… colibris
◘ Records : ces animaux qui surpassent l’homme
◘ 10 forêts plus surprenantes les unes que les autres
◘ Le lézard Jésus-Christ, un étonnant reptile qui peut courir sur l’eau
La super Lune a offert un splendide spectacle aux quatre coins du monde
La surprenante simulation de mort du serpent à groin
Un ours noir filmé en train de marcher comme un humain
◘ 20 choses que vous ne savez probablement pas sur les fourmis
◘ Le Banian de Howrah, l’arbre gigantesque qui ressemble à lui seul à une forêt
◘ Le pangolin, un animal méconnu poussé vers l’extinction par le commerce illégal
◘ Un plongeur fait une rencontre exceptionnelle avec un béluga
◘ L’exceptionnelle rencontre des Eaux du rio Solimões et du rio Negro
◘ L’éléphant a un nez 5 fois plus performant que celui de l’Homme
◘ Lune : des galeries et des grottes cachées sous la surface lunaire
◘ La structure de Richat, une étonnante formation en plein coeur du Sahara
◘ Des milliers de « fossiles vivants » ressortent de terre en Chine à cause des pluies
◘ L’incroyable capacité de camouflage de la sauterelle-feuille
◘ Amazonie : une tribu d’Indiens isolée fuit l’exploitation illégale de sa forêt
◘ Un arbre à noix aux pouvoirs exceptionnels
◘ L’extraordinaire migration des papillons monarques
◘ La triste histoire de Presley, un perroquet bleu devenu l’un des derniers de son espèce
◘ Une étrange créature marine filmée à 1500 m de profondeur
◘ Un nouveau continent de plastique découvert dans l’Atlantique Nord
◘ Les incroyables imitations de la pieuvre mimétique
◘ Les toiles d’araignée sont-elles les guitares de la nature ?
◘ Electric Brae : l’étrange phénomène de la route qui semble défier la gravité
◘ L’orage de Catatumbo, un mystérieux phénomène météorologique qui dure 6 mois
◘ Le gaz mortel du lac Kivu pourrait fournir de l’énergie à tout le Rwanda
◘ Fonte des glaces : en Antarctique, les glaciers ont passé le « point de non-retour »
◘ Le Louvre Abu Dhabi, musée universel qui sortira des sables en 2015
◘ Coelacanthe : à la rencontre d’un poisson légendaire vieux de millions d’années

SANTÉ/MÉDECINE:
◘ Chikungunya : un champignon capable d’éliminer les moustiques transmetteurs

◘ Soleil : une vidéo effrayante dévoile les effets des UV sur la peau
◘ Cancer du col de l’utérus : un traitement prometteur élimine les tumeurs de deux patientes
◘ Les étonnantes capacités d’un ver marin au service de la médecine
◘ Détecter le cancer de la prostate : l’odorat des chiens, une arme fiable à 98%
◘ Le virus de la rougeole utilisé pour combattre le cancer

SCIENCES/TECHNOLOGIES:
◘ Une béquille révolutionnaire qui vous aide à marcher et vous asseoir
◘ Le serpent du Pharaon, une expérience étonnante
◘ Cerveau : ces 7 idées reçues qui sont totalement fausses
◘ Impossible de mouiller ce maillot de bain !
◘ Une paire de bras robotisés pour faciliter la vie quotidienne
 Solar Roadways : des routes futuristes recouvertes de panneaux solaires
◘ Mind-Mirror : visualisez l’activité de votre cerveau en direct grâce à la réalité augmentée
◘ Et s’il était possible de contrôler les rêves grâce à l’électricité ?

MAJ: 15/09/14

Catégories : Présentation | Étiquettes : , , , , , , | Poster un commentaire

L’Homme moderne ne serait pas plus intelligent que son prédécesseur, l’Homme de Neandertal

Malgré ce que l’on a pu entendre et apprendre, l’Homme de Neandertal ne serait pas moins intelligent que l’Homme moderne. Plusieurs chercheurs défendent le fait qu’il n’y a pas de preuves irréfutables que la supériorité cognitive des Homo sapiens ait entrainé le déclin et la disparition de l’Homo Neanderthalensis.

neandertal_expo_02

L’Homme de Neandertal est victime d’une mauvaise image que les scientifiques ont alimentée durant ces dernières années. Son image renvoie à un individu brutal et primitif, qui ne serait pas doué dans de nombreux domaines, ce qui aurait entrainé sa disparition au profit de l’Homme moderne.

Le Dr Paola Villa de l’université du Colorado et le professeur Roebroeks ont passé au crible de nombreux dossiers archéologiques afin de chercher des preuves qui prouveraient que l’Homme moderne est supérieur intellectuellement à son prédécesseur. En étudiant les théories sur la disparition des Néandertaliens, les deux hommes ont constaté qu’aucune d’entre elles n’étaient crédible.

« Les explications font de bonnes histoires, mais le seul problème c’est qu’il n’y a pas d’archéologie pour prétendre que quelqu’un dit la vérité », déclare Roebroeks. Le Dr Villa quant à lui estime que la comparaison est faussée, en raison que les chercheurs ont comparé les Néandertaliens à leurs successeurs, les Homo sapiens qui vivaient dans le Paléolithique supérieur. Il explique qu’il aurait fallu comparer les deux espèces quand celles-ci vivaient à la même période, et que c’est comme si on revendiquait que l’homme du 17ème siècle était moins intelligent que l’homme du 19ème siècle sous prétexte que celui-ci à un ordinateur et peut voyager dans l’espace.

Une disparition controversée

L’Homme de Neandertal aurait vécu il y a environ 350 000 et 40 000 ans, les raisons de sa disparition ont suscité de nombreux débats au sein de la communauté scientifique. On suppose que l’Homo sapiens avait un avantage cognitif qui lui aurait permis d’avoir de meilleurs capacités  pour chasser en groupe, fabriquer des armes et faire preuve d’innovation. Mais ces théories ne sont pas certifiées, des études sur le génome de notre plus proche ancêtre montre que celui-ci vivait en petit groupe et se serait accouplé avec les Hommes modernes. Cette mixité a engendré une descendance mâle infertile qui aurait entrainé peu à peu le déclin de la population Néandertalienne, dès lors remplacé par les « êtres humains ».

L’archéologie moderne possède un savoir scientifique plus poussé qui peut aider à comprendre notre histoire de manière plus tangible. Il serait idiot de ne pas vérifier les recherches passées qui émettent des doutes quant à leur sens et leurs définitions. Inéluctablement, il y aura toujours un fossé entre ce que l’on pensait, ce que l’on pense et ce que l’on pensera. L’Histoire n’est pas un livre, une encyclopédie ou bien un article ; c’est une énigme.

Catégories : Archéologie | Étiquettes : , , | Un commentaire

Chez les Neotrogla, c’est la femelle qui pénètre le mâle avec son « pénis »

Des chercheurs étudiant les insectes dans des grottes au Brésil ont fait la découverte d’une espèce unique en son genre. L’espèce est un insecte aillé qui ressemble plus ou moins à une mouche, elle se nomme Neotrogla et son incroyable spécificité réside dans le fait que les rôles sexuels et les organes sont inversés ; la femelle pénètre le mâle.

ginosoma

Neotrogla Brasiliensis est une espèce d’insecte brésilienne unique au monde, elle se trouve dans des grottes sèches et sa taille ne dépasse pas les 3,8 millimètres. Ce sont des chercheurs brésiliens venus pour étudier les insectes vivant dans les grottes brésiliennes qui ont fait cette nouvelle rencontre. Physiquement, c’est la femelle qui arbore un « pénis », appelé le gynosome celui-ci est un organe complexe composé de muscles, de conduits, de membranes et d’épines. Le mâle quant à lui possède une ouverture vaginale qui contient un sperme très nutritif. Malgré leur petite taille de l’ordre du millimètre, cette espèce d’insecte possède une autre particularité ; leur copulation dure entre 40 et 70h…

Un sperme riche

Une étude visant quatre espèces du genre Neotrogla montre que la structure du gynosome, une fois inséré dans le mâle, gonfle et projette des épines pour lier fermement les deux individus ensembles. Ensuite, le « pénis » est prêt à recevoir des capsules spermatiques contenant également des nutriments. L’accouplement est très long, les chercheurs pensent que cette échange de rôle sexuel est du à la grande quantité de nutriments dans la semence des mâles ; les grottes étant des endroits dépourvus de ressources, cette inversion des rôles est un facteur pour un accouplement plus régulier et tend à pérenniser l’espèce.

Cette « nouveauté évolutive » est tout à fait impressionnante et extravagante. La nature nous réserve bien des surprises. Malgré le fait que certaines espèces s’apparentent à l’insecte brésilien, comme les hippocampes femelles qui utilisent un organe pour déposer leurs œufs dans la poche ventrale du mâle, ce processus d’inversion reste unique et naturel. Seul l’homme reste l’être vivant capable de jouer artificiellement avec sa physionomie.

Gygy

Catégories : Zoologie | Étiquettes : , | Poster un commentaire

Solar Impulse 2, l’avion solaire écolo

Le Solar Impulse 2 est un avion ultraléger, capable de voler sans combustible fossile pendant plusieurs heures à très haute altitude. Il a été dévoilé le mercredi 9 avril sur la base militaire de Payerne, en Suisse.

TECH_VUE02_v11

Le but d’une telle technologie n’est pas de transporter des passagers, mais de délivrer un message comme l’explique Bernard Piccard, une des personne qui a imaginé la première version : « Solar Impulse n’a pas été construit pour transporter des passagers, mais pour transporter des messages. Notre monde a besoin de nouvelles solutions pour améliorer la qualité de vie de l’humanité. Les technologies propres et les énergies renouvelables en font partie ». La preuve irréfutable que l’on peut voler sans carburant ?

Une seule place

L’objectif est de pouvoir voler pendant 5 jours et 5 nuits d’affilée pour traverser les océans et entreprendre un tour du monde en 5 étapes. A son bord, un seul et unique pilote. Pour se faire, le cockpit a été pensé pour le confort du pilote, son siège inclinable est multifonctions ; lit, toilettes, parachute et canot de sauvetage sont ses quatre fonctionnalités principales, outre le fait de pouvoir s’asseoir pour conduire l’engin. De plus, les réserves d’oxygène stockées pour le vol en haute altitude pourront occuper les 3,8m² de la cabine de pilotage, espace qu’il faudra se partager avec la nourriture et le kit de survie.

Solar-Impulse-2-Cockpit-S2-ISOVIEW-Pilot-Resting-Position

Un avion autonome

Toutefois, ses caractéristiques sont impressionnantes, avec des ailes longues de 72 mètres et un poids de seulement 2,3 tonnes, le Solar Impulse 2 pourrait atteindre les 90km/h en moyenne. La source d’énergie solaire sera puisée grâce aux panneaux solaires en fibre de carbone qui recouvrent la surface de ses ailes, ainsi ce sont 17 248 cellules solaires qui offrent un rendement de 23%. Le rendement de panneaux solaires photovoltaïques dépend de plusieurs facteurs :

– L’orientation et l’inclinaison des panneaux solaires

– Le type de cellules composant les panneaux solaires

– La puissance de l’installation photovoltaïque

– La surface des panneaux solaires photovoltaïques

– La situation géographique ou plus précisément la latitude

Ce sont en tout quatre moteurs électriques de 17,5Ch qui feront planer l’engin, les 633kg de batteries en lithium lui conféreront l’autonomie nécessaire pour voler la nuit en attendant le levé du soleil. Les premiers vols d’essai sont prévus en mai et le tour du monde en mars 2015, ce qui laisse un peu plus d’un an de préparation au pilote pour pouvoir tenir 5 jours et 5 nuits dans une bulle panoramique ouverte sur le monde.

solar_impulse_2

Catégories : Sciences | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

À l’aube des robots-journalistes

L’évolution du journalisme se dirige de plus en plus vers le monde des chiffres et des nombres, utilisant le monde du numérique pour s’alimenter d’informations dans des délais très brefs. Le journaliste moderne pourrait bien s’appuyer sur la technologie pour l’aider dans ses recherches et consacrer plus de temps à l’investigation de fond.

3061094186_5b4d00751d_o

Alors qu’internet s’est révélé comme un tournant majeur du domaine journalistique, sa constante évolution lui a permis d’être plus performant, plus rapide, plus précis et plus dangereux ; sa force de diffusion est-telle qu’il ne faut pas plus d’un quart de seconde pour trouver des millions de résultats qui concernent l’objet de votre recherche, fructueuse ou non, le résultat est généré par des « robots ». Appelés bots, spiders, crawlers ou encore agents, leur fonction est simple ; parcourir des sites internet à intervalles réguliers de manière automatique, afin de cataloguer de nouvelles adresses web. Pour cela, ils utilisent un moyen très simple, chaque lien hypertexte contenu dans une page est visité pour être ensuite indexé dans une base de données, qui grâce à des mots-clefs, sera accessible par les internautes.

Internet évolue au bénéfice de ceux qui savent l’exploiter, le principe d’utilisation des robots s’applique dorénavant au monde du journalisme. « L’intelligence artificielle » permet désormais d’élaborer automatiquement la rédaction d’articles, pour se faire, des développeurs créent des algorithmes informatiques capables de trier les informations pertinentes souhaitées, et les synthétiser en un article tout à fait intelligible. Le travail du journaliste est préalablement mâché grâce à ces programmes algorithmiques, mais dans l’éthique journalistique, ces robots ne doivent pas se substituer au journaliste. Leur utilité réside dans le fait qu’ils peuvent rédiger des articles de moindre importance ou du moins qui ne demandant pas une véritable recherche. Par exemple, les robots seront mis à contribution pour donner les résultats sportifs de la semaine, ce qui évitera au journaliste de perdre du temps dans un travail de synthèse sur des sujets sans fond. Ainsi, le gain de temps serait un véritable atout majeur dans l’utilisation des robots dans les rédactions, et qui permettrait aux journalistes de concentrer leurs ressources à des sujets qui demandent un vrai travail d’investigation et d’analyse.

Exemples d’utilisation

Le webzine d’actualité économique, Forbes.com, utilise une plateforme d’I.A qui génère automatiquement ses brèves par le biais d’articles et de flux d’informations stockés dans sa base de données. Développé par Narrative Science, le logiciel est capable d’écrire à la manière d’un être humain, pour cela, il utilise une base de mots qui recense les expressions et formules les plus utilisées de la toile.

Il y a quelques mois, Yahoo a dévoilé une application pour iPhone, renommée News Digest après son achat par le groupe, celle-ci exploite un algorithme capable de concentrer automatiquement des données provenant de certains sites, ces données sont réutilisées pour être envoyées aux lecteurs sous formes de 2 bulletins d’informations quotidiens de 8 à 9 sujets. Leur volonté ? S’affranchir des informations mises en avant par les médias qui se retrouvent sur les portails d’actualités de l’enseigne, au détriment d’autres informations existantes.

Des dizaines de rédactions sont équipées de ces robots algorithmiques, le L.A. Times en fait parti. En France, un générateur de flux automatiques de commentaires pour les matchs a été conçu pour RTL par la société Opta, spécialiste des contenu sportifs digitaux qui collecte, analyse et distribue des données en direct.

Journalistes contre les robots

90 % des articles de presse seront générés par des robots d’ici 2030, c’est ce que prévoit Kristian Hammond du groupe Narrative Science ; entreprise qui propose déjà de personnaliser l’angle et le ton choisi de ses articles automatiques. Mais la capacité de l’être humain à donner un style d’écriture, à s’engager dans ses propos et de contextualiser les faits qu’il arbore dans un article, reste vraisemblablement un palier inatteignable par les robots à l’heure actuelle. Le journalisme reste un domaine intellectuel qui sera difficilement remplaçable par la machine, à défaut des métiers manuels, où les ouvriers sont de plus en plus substitués par des bras robotisés. Plus rapides, plus efficaces, plus précis, plus forts, plus ou moins contrôlables, les robots surpassent l’homme dans bien des domaines, mais ils n’auront jamais ce que caractérise vraiment chaque être humain: son humanité.

Rappel des Trois lois de la robotique d’Isaac Asimov :

  1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger.
  2. Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la Première loi.
  3. Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n’entre pas en conflit avec la Première ou la Deuxième loi.
Catégories : Sciences | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Découverte d’un tombeau en Egypte datant de 3300 ans avec une pyramide faisant office d’entrée

L’ancienne ville sacrée Abydos, en Egypte, nous dévoile encore l’un de ses nombreux secrets. De récentes fouilles archéologiques d’un ancien cimetière de cette ville ont permis de découvrir un tombeau vieux de 3300 ans.

AAA

En février dernier sur le site d’Abydos, l’équipe archéologique de l’université de Pennsylvanie avait fait la découverte du tombeau du pharaon Senebkay, celui-ci aurait régné peu avant -1650 av JC. Ce souverain était méconnu jusqu’alors, seul quelques hiéroglyphes sur le « Parchemin de Turin » revendiquaient son existence. Les archéologues ont mis à jour un nouveau tombeau dans la même région qui aurait appartenu à la famille d’un scribe.

Le tombeau avait été excavé pendant les saisons d’été et d’hiver 2013, sa particularité est une pyramide qui aurait fait office de « porte » d’entrée. Haute de 7m, il ne reste que les murs de la base de la pyramide, les autres parties n’ont malheureusement pas été retrouvées. Sous la surface se trouve des chambres funéraires voutées, seul la pyramide devait être visible en surface. De plus, les chercheurs affirment qu’il n’était pas rare que des personnes de haut-rang aient une pyramide comme stèle funéraire, et entrevoient que la famille du défunt eut des liens militaires.

Un sarcophage retrouvé

Le tombeau aurait été fouillé au moins 2 fois dans l’Antiquité et aucune momie n’a été retrouvé. Néanmoins, dans l’une des chambres funéraires un sarcophage en grès et peint en rouge a été découvert ; il appartenait à un scribe nommé Horemheb. Des représentations de dieux égyptiens et des inscriptions hiéroglyphiques de sorts du Livre des Morts des Anciens Egyptiens sont visibles sur le sarcophage, et qui dans la religion égyptienne permettait d’aider le défunt à accéder à l’au-delà. De nombreux ossements humains ont également été retrouvés dans le tombeau, la grande majorité de ces restes provient de femmes et laisse penser que ces morceaux de squelettes appartenaient aux épouses des morts. Une amulette en jaspe vert et rouge a également été retrouvée parmis les objets, elle serait religieusement liée aux sorts du Livre des Morts.

egyptian-tomb-discovery-4

Abydos est une ancienne ville sacrée de la Haute-Egypte, elle est le principal centre culte du dieu Osiris depuis son avènement religieux durant la période du Moyen Empire Egyptien (-2033 à -1786 av JC). On lui doit notamment plusieurs grands monuments architecturaux égyptiens ; comme le grand temple d’Abydos, mais aussi le temple de Sésostris III et encore le grand temple d’Osiris. Ce sont en tout, une dizaine de temples qui se partagent le site religieux de cette ancienne ville. Un lieu archéologique exceptionnel dont toutes ses merveilles sont encore loin d’être retrouvées.

aaGrand temple d’Abydos

Catégories : Archéologie | Étiquettes : , , , , , | Poster un commentaire

Réchauffement climatique: Le bilan catastrophe dressé par le GIEC en 2014

Depuis plusieurs décennies, le réchauffement climatique modifie le bon fonctionnement des écosystèmes de la Terre. Le dernier rapport du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) montre que les conséquences de tous ces changements environnementaux s’aggravent d’années en années, mettant en péril de nombreuses espèces.

Fonte de la banquise

Le deuxième volet du 5ème rapport du GIEC a été dévoilé lundi 31 mars à Yokohama, au Japon, intitulé « Changement climatique 2014: impacts, adaptation et vulnérabilité », ce dernier met en évidence l’accroissement des impacts du dérèglement climatique, qui sont jugés comme étant « graves, étendus et irréversibles ». Pour étoffer ce rapport, les scientifiques du groupe ont passé en revue 12 000 publications scientifiques qu’ils ont ainsi compilé pour démontrer l’entendue dramatique des conséquences du réchauffement climatique. Leurs observations définissent inconditionnellement le rôle prédominant de l’être humain; principal précurseur mais aussi principale victime de ces changements environnementaux.

Au long terme, l’homme va devoir surmonter bien des épreuves, nos descendants vont devoir déjouer un bon nombre de problématiques. Par exemple, les zones côtières avec la montée des eaux verra augmenter de manière significative le nombre d’inondations. Le déséquilibre alimentaire se fera ressentir par la hausse des prix et son instabilité, la production alimentaire, notamment celle du blé et du mais se voit déjà impactée par le réchauffement climatique. La baisse de la productivité et l’affaiblissement des ressources naturelles vont devenir sources de conflits, les populations vont migrer afin de retrouver un espace viable, ce qui entrainera certainement des tensions avec d’autres individus. Mais la constatation la plus flagrante est le déséquilibre entre le Nord et le Sud, les pays pauvres sont les principales victimes de ces dérèglements et sont moins aptes à se conditionner face à ces fléaux. La diminution des ressources d’eau ainsi que la détérioration de sa qualité alourdira les conditions de ces populations, d’ores et déjà vulnérables face à ce manque de ressources.

La nature dénaturalisée

Evidemment, la faune et la flore interplanétaire sont victimes depuis de nombreuses années de ces changements environnementaux. Des espèces terrestres et marines « ne seront pas capables de se déplacer suffisamment rapidement pour trouver des climats plus adaptés », et seront dès lors considérées comme de nouvelles espèces menacées. L’emblématique ours blanc en fait déjà partie, la fonte de la banquise complique sa survie en diminuant redoutablement sa zone de chasse. Par ailleurs, l’acidification des océans est dénoncée par le groupe d’experts, celle-ci touche les écosystèmes marins; ceux des pôles et des barrières de corail sont particulièrement exposés, mettant en péril de nombreuses espèces de coraux. De plus, le GIEC prévoit une hausse de la mortalité des arbres dans plusieurs régions, des retombées désastreuses pour d’innombrable populations animalières et végétales.

En outre, le GIEC est catégorique sur plusieurs points; le risque est « considérable » si le réchauffement augmente de 1 à 2°C, et est « élevé à très élevé » si en moyenne il dépasse les 4°C. La situation est alarmante et la mise en oeuvre de solutions doit être appliquée dans les plus brefs délais pour stopper cette hémorragie climatique. Les experts préconisent des dizaines de mesures d’adaptation dans leur rapport; abris contre les cyclones et les inondations, installation de systèmes d’alerte, création de nouvelles pratiques agricoles, protection des mangroves, améliorer le stockage d’eau et les techniques d’irrigation, etc. De quoi faire sourire les climatosceptiques quant à la mise en place de tels systèmes qui ne sont, à mon avis, pas près de voir le jour d’aussitôt.

Catégories : Environnement | Étiquettes : , , , , , , | Poster un commentaire

La chytridiomycose, le «cancer» des grenouilles

Découverte en 1998, la chytridiomycose est une maladie infectieuse mortelle qui touche les espèces amphibiennes. Elle provient d’un champignon invasif parasite, le Batrachochytrium dendrobatidis (Bd) ; principale cause du déclin de ces espèces quadrupèdes.

Killing Fungus

Le champignon parasite Bd, également appelé « chytride », a éradiqué de nombreuses populations de grenouilles depuis plusieurs années. Le réchauffement climatique a favorisé ses températures de développement, qui se situent entre 17 et 25°C. Corollairement, il a pu se répandre dans des endroits où les conditions ne lui étaient pas favorables. Touchant ainsi de nouvelles espèces, ce mal incurable dans la nature décime les individus de la classe amphibia, sa vitesse est vertigineuse. Mais qui est-il ?

Le Batrachochytrium dendrobatidis est un champignon microscopique pathogène, il fait parti de la famille des chytridiomycètes, qui comporte environ 1000 espèces différentes. Les chytrides vivent exclusivement dans l’eau ou dans des environnements humides, ils provoquent une maladie émergente qui entraine la diminution et souvent l’extinction des populations d’amphibiens : la chytridiomycose. Cette infection est transmise dans l’eau, par le biais de zoospores ; des spores flagellées qui colonisent la peau des grenouilles.

La maladie attaque les parties spécifiques des amphibiens qui contiennent de la kératine ; une protéine fibreuse présente dans l’épiderme qui assure l’imperméabilité et la résistance de la peau. En somme, ce sont les parties du corps qui sont exposés à l’usure qui sont ciblées : les mains, les pieds, et les endroits où les jambes se frottent contre le corps. En effet, les grenouilles sont des espèces qui ont besoin d’avoir une peau perméable pour pouvoir respirer, leurs poumons ne leur permettent pas d’avoir l’ensemble de l’oxygène nécessaire. C’est pour cela que ces quadrupèdes ont développé l’étonnante capacité d’absorber l’oxygène de l’air ou de l’eau grâce à leur peau. Par conséquent, si la peau des grenouilles était remplie de kératine, elles ne seraient pas en mesure de respirer convenablement.

La folie mortelle des grenouilles

Les têtards peuvent être également affectés, le champignon primitif ne cible que leurs pièces buccales. Effectivement, les larves de batraciens possèdent uniquement de la kératine au niveau de leur disque oral, ce qui leur permet de gratter les algues et la végétation de leur milieu ambiant. Mais à ce stade, la maladie ne leur est pas fatale. Le chytride attend que la métamorphose têtard-grenouille soit complète, afin que la kératine se développe dans les parties nécessitant d’être protégées de l’usure. Ainsi, le champignon peut désormais s’étendre sur les autres parties du corps de la grenouille.

En conséquence, le Bd empêche l’échange d’oxygène à travers la peau perméable, ce qui complique la respiration et finit par asphyxier les grenouilles. Mais encore, le Batrachochytrium dendrobatidis endommage aussi leur système nerveux, qui affecte leur comportement et provoque une dénaturalisation de leurs attitudes habituelles ; ce qui les rend vulnérables face aux prédateurs.

Tous ces dérèglements se traduisent par plusieurs symptômes ; mycose sur la bouche pour les têtards, phase de léthargie, manque d’appétit et de vivacité, desquamation et décoloration de la peau pour les grenouilles adultes.

Une maladie (in)curable et dévastatrice

Présente sur les 5 continents, la maladie se serait en partie répandue par le commerce intercontinental des amphibiens et l’activité humaine. De plus, certaines espèces sont des porteurs sains du Bd, comme la grenouille rieuse ou la grenouille taureau ; véritables réservoirs de la maladie, ces espèces pourraient avoir contribuées à disséminer le champignon lors de contact avec d’autres individus.

Dans certaines régions d’Amérique centrale, 40% des espèces ont ainsi succombé à la chytridiomycose. Au niveau mondial, la maladie a participé au déclin de la moitié des espèces amphibiennes. Le champignon est redoutablement prolifique, pour cela, il se répand grâce aux cours d’eau et pendant les contacts entre deux individus amphibiens. Lorsqu’il affecte une région, son taux de progression est estimé entre 28 et 100 km/an. « Les amphibiens du monde sont confrontés à une bataille acharnée pour la survie » a précisé James Collins, co-président du groupe de spécialistes des amphibiens de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

De nos jours, il n’existe aucun moyen de contrôler le chytride en milieu naturel. L’unique recours existant pour combattre cette maladie est d’empêcher la propagation occasionnée par l’homme. Par ailleurs, il est possible de soigner les amphibiens recueillis grâce à un médicament antifongique ; l’itraconazole, administré sous forme de bain. Toutefois, ces petits animaux vertébrés sont susceptibles d’être à nouveau infectés par l’agent pathogène, une fois dans leur milieu naturel. Leur maintien en captivité est alors indispensable tant que ce champignon tueur persiste dans la nature.

 

Catégories : Zoologie | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.